Philosophie d’intervention

La philosophie d’intervention de Projet TRIP, c’est d’abord une manière de voir les jeunes et le rôle de l’intervenant. Voici quelques postulats de base qui guident les actions de l’équipe de Projet TRIP.

Nos influences théoriques

La philosophie et les pratiques de Projet TRIP sont influencées par plusieurs théories et approches. En voici un aperçu:

Appropriation du pouvoir ou empowerment

Ce principe d’intervention vise à remettre le maximum de pouvoir entre les mains des personnes concernées. Voilà pourquoi nous redonnons le plus de pouvoir possible aux jeunes afin qu’ils puissent faire des choix, décider quel genre d’aide ils veulent recevoir et les accompagner afin qu’ils puissent éventuellement répondre à leurs besoins par eux-mêmes

Réduction des méfaits

Il s’agit de diminuer les conséquences négatives potentielles des choix effectués par les personnes qui font l’objet d’une intervention. Puisque nous redonnons le maximum de pouvoir aux jeunes, nous avons aussi la responsabilité de nous assurer qu’ils l’exercent de manière éclairée. En les encourageant à explorer les différentes options et leurs répercussions possibles, nous maximisons leur capacité à utiliser leur pouvoir.

Modèle écologique

L’environnement dans lequel les jeunes évoluent influence leur capacité à satisfaire leurs besoins de manière positive. Voilà pourquoi nous nous impliquons dans le milieu afin de le rendre plus sain, plus vivant, plus stimulant et plus diversifié. Pour ce faire, nous collaborons avec divers groupes de concertation dans le but de créer des services pour les jeunes ou d’améliorer ceux qui existent déjà. C’est aussi une façon pour nous de faire la promotion de nos valeurs et de notre vision des jeunes afin d’assurer à ces derniers une place plus équitable dans la société.
Approche humaniste
Chaque personne a le pouvoir de se changer ou de changer les choses autour d’elle. Nous croyons que dans chaque jeune se trouve une personne respectueuse et intègre, même si ses gestes et ses paroles tendent parfois à prouver le contraire. Par exemple, lorsqu’une jeune entre dans notre local et lance son sac à dos contre le mur, nous ne voyons pas en elle une adolescente problématique, mais quelqu’un qui vit quelque chose, qui a besoin d’en parler et qui n’a peut-être pas tous les mots pour l’exprimer.

Approches systémique et écosystémique

Une personne est influencée par les relations qu’elle entretient avec ses proches, ses amis et les autres individus qui gravitent autour d’elle dans les différents milieux qu’elle fréquente. En tant qu’intervenant, nous sommes aussi en relation avec les jeunes auprès desquels nous intervenons. Conscients de notre rôle de modèle, nous cherchons constamment à offrir aux jeunes des exemples de relations positives, autant avec eux qu’entre nous. Par exemple, si un jeune crie dans le local au point où nous trouvions cela dérangeant, plutôt que de lui ordonner de baisser le ton, nous lui mentionnons simplement que nous avons besoin d’un peu plus de calme. De la même manière, si c’est un autre jeune qui semble dérangé par les cris, nous l’aidons à exprimer lui-même son besoin de manière claire et respectueuse. Pour des jeunes souvent confrontés à la violence verbale ou physique, cette démonstration d’affirmation de soi non violente est un exemple précieux.

Approche structurelle

La société a sa part de responsabilité dans le devenir des jeunes et dans l’apparition des problèmes qu’ils rencontreront dans leur vie. Notre rôle en tant qu’organisme communautaire jeunesse consiste donc aussi à agir sur la société et ses institutions en faisant la promotion de nos valeurs et de notre vision de l’adolescence.

Approche interculturelle

Dans le cadre de cette approche, la culture est vue comme un élément en constante évolution. À l’adolescence, le jeune se questionne et cherche qui il veut être. Comme intervenant, nous devons donc être sensibles à cette quête tout en considérant la culture en mouvance de chacun comme étant une composante de son identité. L’approche interculturelle, c’est aussi de respecter les multiples facettes d’une personne, que ce soit du point de vue religieux, des classes sociales, ethnique, sans chercher à imposer un seul modèle culturel.

Approche féministe

Le féminisme est une mobilisation collective de femmes et de ses alliés qui luttent pour la réduction des inégalités entre les genres et combattent les oppressions que celles-ci subissent en prenant divers moyens pour reprendre du pouvoir sur leurs situations. De ce fait, l’approche féministe permet aux femmes de déterminer leurs propres besoins et de prendre elles-mêmes des décisions éclairées. Par exemple, l’approche féministe définit le phénomène de la violence faite aux femmes comme un problème social causé par l’inégalité de pouvoir entre les hommes et les femmes, tant au niveau social que privé. L’intervention féministe tient aussi compte d’une analyse des inégalités culturelles et sociales entre les femmes, accompagne celles-ci dans leurs démarches et vise à réaliser des changements sociaux